myAfrica BETA

Repertoire

User Guidelines | Mon Compte | Get Help

myAfrica is an open resource. Most profiles, such as this one, are editable by logged in users. You may block editing access to a profile of yourself that you create if you wish.

Mouammar Kadhafi
Mouammar Kadhafi

Libya

Mouammar Kadhafi né le 19 juin 1942 à Syrte, est un homme d'État libyen. Père de neuf enfants (dont une fille adoptive) issus de deux mariages différents et capitaine, autoproclamé colonel, il est depuis le 1er septembre 1969, à la suite d'un coup d'État, le « chef et le guide de la Révolution de la Grande Jamahiriyya arabe libyenne populaire et socialiste».


Plus de utilisateur: Almamy
Creer: 3rd Mar 2011
Modifier: 3rd Mar 2011
Edit | Report as Abusive |
Professional Information
Professional Areas:
Government
Employer:
Gouvernement
Position:
Président
Working primarily in:
Libya

Biographical Information
Mouammar Kadhafi
(At a Glance)
Date of Birth: Jun/19/1942
: male
Place of Origin: Libya

Kadhafi est le plus jeune enfant d'une famille de Bédouins du clan des Ghous, qui appartient à la tribu des Kadhafa. Il grandit dans la région désertique de Syrte et reçu une éducation primaire traditionnelle et religieuse.

De 1956 à 1961, il suit les cours de l'école préparatoire de Sebha dans le Fezzan, fief traditionnel de sa tribu. Inspiré du général Gamal Abdel Nasser qui prône l'unité arabe et avec d'amis qu'il a rencontré dans cette école, Khadhafi va former un groupe de militants révolutionnaires ayant pour but de s'emparer du pouvoir. Il sera exclu à cause de son activisme politique en 1961.

Kadhafi étudie le droit à l'université de Libye puis entre à l'Académie militaire de Benghazi en 1963, où il organise avec quelques militants un mouvement secret dans le but de renverser la monarchie libyenne pro-occidentale. Après l'obtention de son diplôme en 1965, il est envoyé en Grande-Bretagne pour suivre un entraînement supplémentaire au British Army Staff College (ou Staff College, Camberley), et revint en 1966 en tant qu'officier dans le corps des transmissions.

Le 1er septembre 1969, à 27 ans, il mène avec un groupe d'officiers un coup d'État contre le roi Idris Ier, âgé alors de plus de 80 ans, alors que celui-ci est en Turquie pour un traitement médical, aboli la monarchie, proclame la République, et et met en prison le prince Hassan Reda al-Sanussi.

Kadhafi s'octroie l'avancement du grade de capitaine au grade de colonel qu'il a gardé jusqu'à aujourd'hui et prône à ses débuts le passage à un socialisme arabe d'État teinté de panarabisme, nationalise certaines entreprises, notamment celles détenues par des ressortissants italiens.

En septembre 1970, il réussit à imposer pour la première fois une augmentation du prix du baril de pétrole et déséquilibrant la géopolitique du pétrole et demande aux États-Unis d'évacuer les bases militaires en Libye dont Wheelus Air Base.

Il annexe en 1973 de facto la bande d'Aozou au Tchad et en 1977, il déclare la «révolution du peuple»: il change le nom du pays de République arabe libyenne en Jamahiriyya arabe libyenne populaire et socialiste et met en place des «comités révolutionnaires», en lieu et place de partis et se fait remarquer durant la guerre ougando-tanzanienne en 1978-1979 en envoyant 3 000 militaires pour soutenir Idi Amin Dada.

Selon le magistrat italien Rosario Priore et l'ex-président de la République Francesco Cossiga, il fait l'objet en juin 1980 d'une tentative d'assassinat par l'OTAN, au cours de laquelle celle-ci aurait abattu par erreur un DC-9 civil italien, faisant 80 morts. La France niera toujours avoir été impliquée dans l'affaire.

Le 15 avril 1986, Ronald Reagan ordonne un raid de bombardement (opération El Dorado Canyon) contre Tripoli et Benghazi. 45 militaires et fonctionnaires sont tués, ainsi que 15 civils, dont la fille adoptive de Kadhafi, Hannah suite à l'implication du gouvernement libyen dans l'attentat à la bombe du 5 avril dans une discothèque de Berlin-ouest, où deux militaires américains et une femme turque avaient été tués.

Deux ans plus tard, un avion de la PanAm explose au-dessus de Lockerbie, en Écosse, puis un vol 772 de la compagnie française UTA s'écrase dans le désert nigérien. Tripoli est accusé, et le Conseil de sécurité de l'ONU impose des sanctions en 1992, dont l'embargo sur les installations pétrolières.

Accusé de soutenir de nombreuses organisations terroristes, mis au ban de la « communauté internationale », en particulier à l'Ouest et les États-Unis, Khadhafi œuvre pour que son pays retrouve une place diplomatique moins inconfortable. Ainsi en 1999, les agents des services secrets suspectés de l'attentat de Lockerbie sont livrés à la justice écossaise, ce qui provoque la suspension des sanctions de l'ONU envers le pays et le rétablissement des relations diplomatiques avec le Royaume-Uni.

2003, la Libye reconnaît officiellement « la responsabilité de ses officiers » dans l'attentat de Lockerbie — ainsi que dans celui du Vol 772 UTA — et paie une indemnité de 2,16 milliards de dollars aux familles des 270 victimes de Lockerbie, ce qui a pour conséquence la levée définitive des sanctions de l'ONU et partielle des États-Unis à son encontre.

En parallèle, il entame des négociations diplomatiques, pendant toute l'année 2003, entre responsables libyens, britanniques et américains, et annonce en décembre de la même année qu'il renonce officiellement à son programme d'armes de destruction massive. Enfin, en mars 2004, il signe le protocole additionnel du Traité de non-prolifération nucléaire (TNP).

Il instaure par ailleurs une politique d'assouplissement de la réglementation libyenne en matière économique permettant l'ouverture du marché local aux entreprises internationales, ce qui aide à la survie du régime. Il parvient par là même à se rapprocher des puissances occidentales et particulièrement de certains pays européens, comme le Royaume-Uni, la France, l'Espagne et l'Italie. Ainsi, Kadhafi déclare désormais qu'il entend jouer un rôle majeur dans la pacification du monde et la création d'un Moyen-Orient sans armes de destruction massive.

Par contre son interprétation personnelle de l'islam, contraire à la vision traditionnelle lui a valu d'être déclaré « hérétique » (kafir) par les oulémas d'al-Azhar et d'Arabie saoudite.

Il entretient une garde personnelle constituée exclusivement de femmes, ses « amazones ». Certains progrès existent tels que la condamnation des mariages arrangés et la possibilité d'accéder à l'éducation pour les femmes et à permettre la création d'une académie militaire pour femmes dont la première classe est promue en 1983.

Il est adhérent au mouvement religieux Sénoussi qui le pousse à interdire, sauf dans des cas particuliers, la polygamie.

Il a écrit le Livre vert, en référence au Petit Livre rouge écrit par Mao Zedong, dans lequel il explique de manière succincte ses solutions aux problèmes posés par la démocratie et l'économie. Il y fait l'apologie de la démocratie directe, y ôte toute légitimité aux autorités religieuses et y prône l'exclusion de l'usage des hadiths et de la sunna pour le droit musulman, consacrant ainsi le Coran comme son unique source.

Adepte du nassérisme, il a toujours jugé illégitime l'existence d'Israël, dans laquelle il voit une réminiscence des occupations coloniales. Suite aux échecs successifs de toutes les formes d'associations qu'il a proposées (avec l'Egypte, la Syrie ou à la Tunisie), Kadhafi prône le concept encore plus ambitieux de l'Union africaine (UA) sous forme fédérale. Élu par ses pairs à la tête de l'organisation panafricaine, il s'est aussitôt autoproclamé « Roi des rois traditionnels d'Afrique ».

Kadhafi tente de convaincre les dirigeants des autres pays de créer des « États Unis d'Afrique ». Il se rend ainsi à Bamako, à Abidjan ou encore à Accra, pour présenter son projet d'un gouvernement unique pour l'Afrique, un État fédéral.

Le 2 février 2009, il est élu président de l'Union africaine pour un mandat d'un an, lors du sommet d'Addis-Abeba, en Éthiopie.

En février 2011, il doit faire face à une révolte populaire, qu'il tente de réprimer par des tirs à balles réelles et des bombardements aériens sur la population. Malgré tout, le mouvement prend de l'ampleur et son pouvoir s'effrite.

En raison des violences commises par les mercenaires à sa solde et par les forces armées qui lui sont restées fidèles, l'Organisation des Nations unies évoque de possibles crimes contre l'humanité.

Sources;

fr.wikipedia.org/wiki/Mouammar_Kadhafi

www.allafrica.com

 

 


Accomplishments
Publication:

le Livre vert

 



Other Posts from myAfrica

Central African Republic, Government
Nous signalons la création d'un nouveau parti politique des libertés et des responsabilités, le parti de l'Union Démocratique Centrafricaine à...

More Repertoire

Morocco, Government
Government, Gabon
Senegal, Administration
Tanzania, Government
Government, Senegal