myAfrica BETA

Repertoire

User Guidelines | Mon Compte | Get Help

myAfrica is an open resource. Most profiles, such as this one, are editable by logged in users. You may block editing access to a profile of yourself that you create if you wish.

Obiang Nguema Mbasogo Mbasogo
Obiang Nguema Mbasogo Mbasogo

Equatorial Guinea

Obiang Nguema Mbasogo né le 5 juin 1942 à Acoacán dans le district de Mongomo et actuel président de la République de Guinée équatoriale depuis 1979 vient de succéder au président du Malawi, Binu wa Mutharika, à la tête de l’UA. Une première dans l’histoire de l’Union qu’un pays de langue espagnole, et l’unique pays hispanophone d’Afrique, prend la présidence. Il est le troisième enfant d'une fratrie de dix.


Plus de utilisateur: Almamy
Creer: 2nd Feb 2011
Modifier: 2nd Feb 2011
Edit | Report as Abusive |
Professional Information
Professional Areas:
Government
Employer:
Gouvernement
Position:
Président
Working primarily in:
Equatorial Guinea

Biographical Information
Obiang Nguema Mbasogo Mbasogo
(At a Glance)
Date of Birth: Jun/5/1942
: male
Place of Origin: Equatorial Guinea

Il débute ses études à 8 ans à l'école officielle de Mongomo puis au groupe scolaire Cardinal de Cisneros à Ebebiyin.

En 1963, il intègre les cadets de la garde territoriale puis, la même année, l'Académie générale militaire de Saragosse (Espagne). Il se spécialisera dans la conduite de véhicules militaires.
Il débute sa carrière militaire en 1965 dans la garde territoriale de Guinée-Équatoriale à Mikomeseng.

En 1969, son oncle, Francisco Macías Nguema, est élu président de la République. Celui-ci lui offre le poste de commandant de l'armée et des régions militaires de la capitale. L'année suivante, toujours par son oncle, il est promu au ministère de la Défense en tant que directeur général de l'approvisionnement et de la planification.

En 1975, il prend la tête des forces armées puis est nommé vice-ministre des Forces armées populaires en 1979. La même année, il renverse son oncle, prend le pouvoir comme président du Conseil militaire suprême avant d'être nommé président de la République en 1982.

Le 22 août 1982, la proclamation des résultats du référendum sur une nouvelle Constitution annonce une majorité de 95,38 % de oui. Il sera élu président de la République en 1989 (99,96 % des voix) et réélu en 1996 (99 %), en 2002 (97,1 %) et 2009 (96,7 %).
Selon Reporters sans frontières, il fait partie des « prédateurs » de la liberté de la presse, au côté de Fidel Castro et Than Shwe.

Il entretient des rapports tendus envers l'ancienne puissance coloniale qui l'empêche d'exécuter les opposants qui y trouvent refuge.

Ces dernières années, le président Obiang semble être tombé entièrement sous l'influence de son épouse qui n'a de cesse de vouloir faire accéder son premier fils Teodorín (Teodoro Nguema Obiang Mangue, fils du président) à la présidence équato-guinéenne.

Celui-ci, ancien diplomate aux États-Unis, y a été arrêté en février 2001 pour détention illicite et introduction illégale de drogue aux États-Unis et n'a dû son salut qu'à son immunité diplomatique (l'affaire est étouffée). Il rentre alors au pays pour devenir ministre du pétrole.[réf. nécessaire]
Teodoro Obiang Nguema Mbasogo est élu, lors du 16e Sommet de l'Union Africaine, Président en exercice pour 1an entre février 2011 et janvier 2012.

Dépenses personnelles

Teodoro Obiang Nguema Mbasogo est le chef d’Etat africain le plus riche, à la tête d’un pays riche en ressources naturelles, mais avec une population pauvre. Il doit une partie de sa fortune estimée à 468 millions d’euros (306,540 milliards fcfa) à sa politique de lutte contre la corruption

En février 1997, l'International Narcotics Board, dans son rapport officiel, plaça la Guinée équatoriale parmi les neuf narco-états africains.
Le magazine Forbes assure qu'il est l'un des chefs d'État les plus riches du monde, avec une fortune estimée à 600 millions de dollars. Des sources officielles l'ont accusé de considérer les biens de l'État comme sa propriété personnelle.

Le 18 juin 2007, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire à l'encontre de Téodoro Obiang et certains présidents africains et leur entourage, accusés par trois associations françaises (Survie, Sherpa et la Fédération des Congolais de la Diaspora) de "recel de détournement de fonds publics".

Le 2 décembre 2008, pour demander la restitution de ces biens mal acquis supposés, Transparency International France, l'association Sherpa et un citoyen gabonais ont déposé une nouvelle plainte assortie d'une constitution de partie civile visant Teodoro Obiang, Omar Bongo et certains président africains.

Le 5 mai 2009, la juge Françoise Desset, du pôle financier de Paris, juge recevable cette plainte, décision à laquelle le parquet a fait appel.

 Le 29 octobre 2009, la cour d'appel de Paris a donné raison au ministère public et jugé la plainte de Transparency International irrecevable. Suite au pourvoi en cassation de l'association, la Cour de cassation a décidé le 9 novembre 2010 que la plainte de Transparency International était recevable permettant désormais à un juge d'instruction français d'enquêter.

En mai 2009, le parquet anticorruption espagnol a demandé une enquête pour blanchiment sur les comptes et investissements en Espagne du président Teodoro Obiang suite à une plainte déposée en décembre 2008 par l'association pour les droits de l'Homme en Espagne, au sujet d'un transfert d'environ 19 millions d'euros de la banque américaine Riggs sur le compte d'une banque espagnole aux Baléares, entre 2000 et 2003.

Au mois de juin 2010, Un regroupement d'ONG a critiqué l'Unesco (Organisation des Nations-Unies pour l'Education, la science et la culture) car cette dernière a prévu de remettre un prix sponsorisé par le président de la Guinée Equatoriale Teodoro Obiang Nguema Mbasogo.

Date de naissance  : Le 5 juin 1942
Lieu de naissance : Akoakam-Esangui, district de Mongomo.
Père : Nguema Eneme Obama
Mère : Mbasogo Ngui

ETUDES
1950 : Ecole Officielle de Mongomo
1958 :  Groupe Scolaire "Cardenal Cisneros" d'Ebebiyin
Ecole-Mission des Prêtres Claretianos de Bata
Juin 1963 : cadet de la Garde Territoriale
Le 15 septembre 1963 : Académie Générale Militaire "Francisco Franco" de Saragosse (Espagne)
En 1965: Spécialisation dans la conduite de véhicules militaires.
ACTIVITES PROFESSIONNELLES
Août 1965 : Sous-lieutenant de la Garde Territoriale de la Guinée Equatoriale à Mikomeseng.
Mai 1967 : Deuxième Compagnie de Bata.
Juillet 1968 : Première Compagnie de Malabo.
Novembre 1969 : lieutenant de la Garde Nationale. Commandant de l'armée et des régions militaires de la capitale.
Juillet 1970 : Directeur Général de la Planification et de l'Approvisionnement au Ministère de la défense.
Avril 1971 : Capitaine
Décembre 1975 :Commandant des Forces Armées.
Juin 1976 : il est nommé Secrétaire Général du Ministère des Forces Armées Populaires.
1979 :Vice-Ministre des Forces Armées Populaires
1979 : Lieutenant-Colonel.
Août 1979 : Président du Conseil Militaire Suprême et Président de la République
Janvier 1981 : Il accède au grade de Colonel
ACTIVITÉS INSTITUTIONNELLES
En 1980, il participe pour la première fois comme Président du Conseil Militaire Suprême, au Sommet Economique des Chefs d'Etat et de Gouvernement de l'OUA, qui s'est tenu à Lagos, République Féderale de Nigeria.
Le 19 avril 1982 : il préside la Délégation de la Guinée Equatoriale à Gèneve (Suisse).
Le 15 Août 1982 : Organisation d'un référendum populaire pour l'adoption d'une nouvelle constitution
Le 22 Août 1982 : Proclamation des résultats du référendum avec une majorité de 95,38 % de Oui.

Sources:

www.allafrica.com

http://fr.wikipedia.org



Topical Focus  » Obiang Nguema Mbasogo Mbasogo

Teodoro Obiang Nguema désigné à la tête de l'UA

Le président Teodoro Obiang Nguema a été désigné président en exercice de l'Union africaine pour un an, en dépit des critiques extérieures sur son bilan en matière de démocratie.



Other Posts from myAfrica

Central African Republic, Government
Nous signalons la création d'un nouveau parti politique des libertés et des responsabilités, le parti de l'Union Démocratique Centrafricaine à...

More Repertoire

Liberia, Government
Benin, Government
Soccer, Equatorial Guinea
Congo-Kinshasa, Government
Government, Cote d'Ivoire