myAfrica BETA

Repertoire

User Guidelines | Mon Compte | Get Help

myAfrica is an open resource. Most profiles, such as this one, are editable by logged in users. You may block editing access to a profile of yourself that you create if you wish.

François Bozizé Yangouvonda
François Bozizé Yangouvonda

Central African Republic

François Bozizé Yangouvonda né le 14 octobre 1946, est un homme politique centrafricain, président de la République depuis le coup d’État du 15 mars 2003 qui l’a porté au pouvoir.


Plus de utilisateur: miba
Creer: 25th Jul 2008
Modifier: 25th Jul 2008
Edit | Report as Abusive |
Professional Information
Position:
Président de la République
Working primarily in:
Central African Republic

Description of Work:
En 1978, François Bozizé est nommé général de brigade par Jean-Bedel Bokassa. L’année suivante, alors que l’empereur autoproclamé Bokassa Ier est renversé et que le premier président du pays David Dacko revient au pouvoir, François Bozizé est nommé ministre de la Défense. C’est au cours d’un stage de perfectionnement à Paris, en 1981, qu’il apprend le coup d’État mené dans son pays par le général Kolingba. D’origine yakoma, celui-ci confie au Gbaya François Bozizé le ministère de l’Information et de la Culture afin de conserver un équilibre ethnique au sein du gouvernement.

En 1982, impliqué dans une tentative de coup d’État, François Bozizé réussit à s’enfuir au Tchad, puis au Bénin. Extradé vers Bangui en juillet 1989, il est accusé de complot et torturé. Il est finalement libéré en décembre 1991. En 1993, profitant de l’instauration du multipartisme, il se porte candidat à l’élection présidentielle remportée par Ange-Félix Patassé. Trois ans plus tard, celui-ci le nomme à la tête des forces armées centrafricaines. Le pays voit alors s’intensifier l’instabilité politique qui le mine depuis son indépendance en 1960.

En octobre 2001, cinq mois après un coup d’État avorté fomenté par l’ancien président Kolingba, François Bozizé est limogé ; il parvient à s’enfuir au Tchad voisin avec ses partisans, provoquant une très forte tension entre les deux pays. L’Église du Christianisme Céleste-Nouvelle Jérusalem (pentecôtiste), dont il est le fondateur pour la Centrafrique, est interdite. En octobre 2002, l’ancien chef d’état-major et ses partisans, grossis d’opposants de tous bords, lancent un raid contre la capitale centrafricaine, mais ils doivent se retirer alors que les forces loyalistes bénéficient du soutien d’un détachement libyen et de miliciens rebelles provenant du Congo démocratique (RDC).

Le 15 mars 2003, profitant d’une absence à l’étranger d’Ange-Félix Patassé, François Bozizé et ses troupes font leur entrée dans Bangui. Une « transition consensuelle » est mise en place dans l’attente de prochaines élections. Au lendemain de son coup d’État, le nouvel homme fort de Centrafrique déclare : « Je suis venu sauver le peuple centrafricain. Et après, ma mission s’arrête là. » Mais les aléas de la politique et les ambitions personnelles en décident autrement et cet ardent chrétien, qui entoure son pouvoir de références religieuses, annonce en décembre 2004 qu’à l’appel du peuple, il n’a « d’autre choix que d’obéir » et de se présenter à l’élection présidentielle de 2005.

Il est élu à la présidence de la République en mai 2005 avec 64,6 p. 100 des suffrages. Son pouvoir sort en outre renforcé par la victoire aux élections législatives de la coalition regroupant ses partisans, la Convergence nationale Kwa na kwa (« le travail rien que le travail »), qui remporte 42 des 105 sièges de l’Assemblée nationale.
Biographical Information
François Bozizé Yangouvonda
(At a Glance)
Date of Birth: Oct/14/1946
: male
Interests: Politique, Art, Culture, Sport
Place of Origin: Central African Republic

Né au Gabon, où son père, gendarme, est en poste, François Bozizé est issu d’une famille originaire de Bossangoa, cette région située dans le nord-ouest de la Centrafrique (ancien Oubangui-Chari), est habitée notamment par les Gbaya, le groupe le plus important et influent du pays.

Suivant l’exemple paternel, François Bozizé opte d’emblée pour la carrière militaire et entre à l’école des officiers de Bouar. Il fait une carrière rapide et accède au grade de capitaine en 1975.

Other Posts from myAfrica

Central African Republic, Government
Nous signalons la création d'un nouveau parti politique des libertés et des responsabilités, le parti de l'Union Démocratique Centrafricaine à...

More Repertoire

Central African Republic
Central African Republic
Central African Republic
Central African Republic
Central African Republic