myAfrica BETA

Repertoire

User Guidelines | Mon Compte | Get Help

myAfrica is an open resource. Most profiles, such as this one, are editable by logged in users. You may block editing access to a profile of yourself that you create if you wish.

Zine el-Abidine Ben Ali
Zine el-Abidine Ben Ali

Tunisia

Zine el-Abidine Ben Ali, né le 3 septembre 1936 à Hammam Sousse, est président de la Tunisie depuis le 7 novembre 1987.


Plus de utilisateur: miba
Creer: 7th Jul 2008
Modifier: 14th Jul 2008
Edit | Report as Abusive |
Professional Information
Position:
President de la République
Working primarily in:
Tunisia

Description of Work:
De retour en Tunisie, Ben Ali est affecté au service du général Kefi. Son mariage avec sa fille Naïma lui ouvre sans doute des horizons nouveaux : il se voit confier, en 1964, la création de la direction de la sécurité militaire qu'il dirige pendant 10 ans. Il devient ensuite attaché militaire au Maroc en 1974, puis en Espagne. Alors que Mohamed Mzali se voit confier le ministère de la défense, il fait appel à lui et l'affecte à son cabinet. En décembre 1977, le premier ministre Hédi Nouira le nomme directeur général de la sûreté. Il quitte la dite direction en avril 1980, après les événements de Gafsa, et occupe le poste d'ambassadeur de Tunisie en Pologne.

Il est rappelé à Tunis après les émeutes sanglantes de janvier 1984 et se retrouve promu, le 29 octobre, comme secrétaire d'état chargé de la sûreté nationale. Le 23 octobre 1985, le président Bourguiba crée un ministère dédié à la sûreté nationale et Ben Ali est chargé de ce portefeuille.

Il devient ministre de l'intérieur le 28 avril 1986 tout en gardant la tutelle de la sûreté nationale. Il intègre deux mois plus tard le bureau politique du Parti socialiste destourien (PSD), dont il devient secrétaire général adjoint. Après le départ de Mzali en juillet de la même année, il garde ses fonctions au sein du gouvernement de Rachid Sfar.

En mai 1987, Ben Ali est promu d'abord ministre d'État chargé de l'intérieur, puis premier ministre le 2 octobre, tout en conservant le portefeuille de l'intérieur, succédant ainsi à Sfar. Il devient secrétaire général du PSD et se confirme ainsi comme possible dauphin de Bourguiba.

Au matin du 7 novembre, Ben Ali fait jouer l'article 57 de la constitution tunisienne et, sur la foi d'un rapport médical signé par sept médecins attestant de l'incapacité du président Bourguiba, le dépose pour sénilité. Il devient, conformément à la constitution, président et chef suprême des forces armées. Bourguiba est alors assigné à résidence.

Dans leur livre Notre ami Ben Ali, les journalistes Nicolas Beau et Jean-Pierre Tuquoi racontent :

« Sept médecins dont deux militaires, sont convoqués en pleine nuit, non pas au chevet du malade [Bourguiba] mais, là encore, au ministère de l'intérieur. Parmi eux se trouve l'actuel médecin du président, le cardiologue et général Mohamed Gueddiche. Ben Ali somme les représentants de la faculté d'établir un avis médical d'incapacité du président. « Je n'ai pas vu Bourguiba depuis deux ans » proteste un des médecins. « Cela ne fait rien ! Signe ! » tranche le général [Ben Ali]. »

Il prend dès lors en main le PSD et le transforme en Rassemblement constitutionnel démocratique. À la tête de l'État, il en commence la restructuration. La constitution amendée supprime la présidence à vie et limite le nombre de mandats présidentiels à 3. Une loi sur les partis politiques est adoptée et de nouveaux partis sont reconnus. Ainsi, aux élections législatives du 2 avril 1989, les candidats de l'opposition, notamment les islamistes, obtiennent 10% des suffrages (voir plus dans certains quartiers de Tunis). À la présidentielle tenue le même jour, étant le seul candidat, Ben Ali est élu avec 99,27% des voix.

À cette période, des incidents dans le quartier de Bab Souika, en plein centre de Tunis, sont attribués au parti Ennahda (opposition islamiste). Accusé de s'opposer ouvertement au principe d'un État républicain en préconisant un État islamique, et à des lois tunisiennes, particulièrement le Code du statut personnel, le parti n'est pas reconnu et est accusé d'enfreindre le code des partis politiques. Il retombe alors dans la clandestinité.

Le processus de consensus et de concorde nationale prend un coup. Le processus de démocratisation et de normalisation de la vie politique ralentit mais sans être ouvertement abandonné. Cependant, le code électoral est révisé sur proposition de Ben Ali. Afin d'accroître la représentation parlementaire de l'opposition légale, un quota minimum de 20% des sièges de la Chambre des députés lui est réservé.

Le 20 mars 1994, Ben Ali est candidat unique à sa propre succession et est réélu avec 99,91% des voix. Le 24 octobre 1999, la première élection présidentielle pluraliste est organisée. Ben Ali et deux autres candidats, Mohamed Belhaj Amor et Abderrahmane Tlili, se présentent. Le président sortant est à nouveau réélu avec 99,44% des voix contre 0,31% pour Belhaj Amor et 0,23% pour Tlili.

En 2002, la constitution est à nouveau amendée pour supprimer la limite des mandats présidentiels qu'il a lui-même introduit et allonger l'âge maximal pour se porter candidat. Le même amendement accorde également l'immunité permanente au chef de l'État pour tout acte lié à ses obligations professionnelles. Validée par un référendum, elle permet ainsi au président de se représenter jusqu'en 2014. La révision introduit également le bicamérisme en créant la Chambre des conseillers. Contrairement à la Chambre des députés, aucun mécanisme n'est prévu pour représenter l'opposition. C'est pourquoi, le RCD est le seul parti représenté dans cette enceinte (en plus des organisations professionnelles). En outre, le président peut nommer sept des neuf membres du Conseil constitutionnel, qui doit veiller à la validité des candidatures à l’élection présidentielle, les deux autres étant nommés par le président de la Chambre des députés (qui est membre du RCD).

Aux élections du 24 octobre 2004, trois opposants (Mohamed Bouchiha, Mohamed Ali Halouani et Mounir Béji) se présentent au cours d'un scrutin présenté comme un simulacre de démocratie par des ONG comme Human Rights Watch ou Amnesty International, et plusieurs partis tunisiens de l'opposition qui décident de la boycotter. Des restrictions sévères sont imposées à l'expression de l'opposition. Une loi d'août 2003, modifiant le code électoral, interdit l'utilisation d'une radio ou d'une télévision privée ou émettant à l'étranger dans le but d'inciter à voter ou à s'abstenir de voter pour un candidat ou une liste de candidats, ce qui n'empêche pas le président sortant d'être omniprésent dans les médias nationaux, en raison de l'exercice de ses fonctions. Le principal opposant se présentant, Halouani, n'est pas autorisé à imprimer et diffuser son programme électoral. Lors de ces élections, Ben Ali est à nouveau réélu avec 94,49% des suffrages contre 3,78% pour Bouchiha, 0,95% pour Halouani et 0,79% pour Béji.

Dès la fin 2006, diverses organisations proches du pouvoir lancent des appels au président afin qu'il présente sa candidature à l'élection présidentielle de 2009.

Ben Ali lance une politique officielle de libéralisation de l'économie tunisienne sous la pression de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international (FMI). Une privatisation des grandes entreprises publiques et une mise à niveau du secteur privé sont entamées. La privatisation progressive, l'encouragement à l'investissement et l'introduction d'une flexibilité législative et fiscale relancent l'économie après un début des années 1990 marquée par le repli dû à la crise du tourisme liée à la guerre du Golfe. Cette crise se reproduit en 2002-2003 après l'attentat islamiste contre la synagogue de la Ghriba à Djerba. Des investisseurs étrangers s'installent progressivement et le produit intérieur brut croît à un taux oscillant entre 5 et 5,5%.

L'État entreprend de diversifier l'économie en augmentant la part de l'industrie, notamment textile, tout en renforçant les secteurs traditionnels de l'agriculture et du tourisme. Une politique d'encouragement à l'investissement étranger et local, et à la création d'entreprises est mise en place et une action est menée pour la multiplication des micro-entreprises et l'extension des technologies de l'information.

Le taux de chômage actuel est de 13,9% (contre 15,6% en 1994). La réforme bancaire demandée par le FMI n'est pas encore appliquée.

Diverses organisations de défense des droits de l'homme et des libertés ainsi que de nombreux médias étrangers accusent régulièrement le président Ben Ali d'être un dictateur le régime tunisien étant régulièrement accusé de violer les droits de l'homme et de réprimer la liberté d'expression
.

Le président est listé depuis 1998 comme l'un des « 10 pires ennemis de la presse » par le Comité pour la protection des journalistes. Reporters sans frontières le désigne également comme un « prédateur de la liberté de la presse ».

Des prisonniers politiques sont fréquemment torturés et des défenseurs des droits humains, notamment les avocats, sont victimes de manœuvres d'intimidation et de harcèlement sans que leurs plaintes soient acceptées par la justice tunisienne. Certains prisonniers d'opinion sont soumis à des conditions de détention inhumaines et à des mesures arbitraires comme le maintien prolongé à l'isolement et la privation de soins médicaux. La loi anti-terroriste votée en 2003 est devenue l'occasion de procès inéquitables comme en témoigne l'affaire des étudiants internautes de Zarzis emprisonnés en 2004 pour avoir recherché de la documentation sur Internet avec leur professeur. Ils ont été accusés de préparer un attentat et de se servir d'Internet comme outil de communication. Ils sont libérés en février 2006.
Biographical Information
Zine el-Abidine Ben Ali
(At a Glance)
Date of Birth: Sep/3/1936
: male
Interests: Politique, Economie, Culture, Art, Sport
Place of Origin: Tunisia
Né au sein d'une famille pauvre de la ville de Hammam Sousse (son père est gardien au port de Sousse), Zine el-Abidine Ben Ali effectue ses études secondaires au lycée de garçons de Sousse et intègre les structures locales du Néo-Destour. Hédi Baccouche, jeune militant du Néo-Destour, emprisonné par les Français au centre de détention de Zaarour en 1952, jouit en 1956, date de l'indépendance, du prestige nécessaire pour aider Ben Ali à rejoindre les rangs de la jeune armée tunisienne. Le parti est à l'époque en train de préparer une liste de candidats sélectionnés pour une formation militaire en France. C'est dans ce cadre qu'il est diplômé de l'École spéciale militaire de Saint-Cyr puis de l'École d'application de l'artillerie de Châlons-sur-Marne. Il gagne ensuite les États-Unis où il suit les cours de la Senior Intelligence School de Fort Holabird (Maryland) et de la School for Field and Anti-Aircraft de Fort Bliss (Texas). Il devient également ingénieur en électronique.

Zine el-Abidine Ben Ali épouse en premières noces Naïma Kefi avec qui il a trois filles :

Divorcé en 1992, il se remarie en secondes noces à Leïla Trabelsi qu'il rencontre alors qu'il est ministre de l'intérieur. Ils ont eu deux filles et un fils :

  • Nesrine : née en 1986 à Bruxelles et mariée en 2004 à Sakher Materi (fils de l'officier Mohamed Moncef Materi qui participe à un complot avorté contre l'ancien président Bourguiba en 1962)
  • Halima : née en 1992 à La Marsa
  • Mohamed Zine el-Abidine : né le 20 février 2005

Il est issu d'une fratrie de 11 enfants. (source wikipedia)