myAfrica BETA

User Guidelines | Mon Compte | Get Help
Balthazar Johannes Vorster
Balthazar Johannes Vorster

South Africa

Balthazar Johannes (John) Vorster, était un homme politique d'Afrique du Sud, membre du Parti national, ministre de la justice, premier ministre et Président de la république.


Plus de utilisateur: miba
Creer: 3rd Jul 2008
Modifier: 14th Jul 2008
Professional Information
Position:
President de la République
Working primarily in:
South Africa

Description of Work:
Nationaliste afrikaner, interné durant la Seconde Guerre mondiale à cause de ses sympathies pro-nazies, membre du Parti national, élu pour la 1re fois au parlement en 1953, John Vorster est nommé ministre de la justice en 1962 dans le gouvernement de Hendrik Verwoerd et fut l'auteur de l'arsenal législatif des plus répressifs contre les militants anti-apartheid après le massacre de Sharpeville.

Il devint premier ministre en 1966 à la suite de l'assassinat de Verwoerd par un déséquilibré.

Plus pragmatique et moins dogmatique que son prédécesseur, il entreprit une politique de détente avec les états africains. Il fit exempter les diplomates du Malawi de l'application des lois d'apartheid et noua des relations suivies avec les autres dirigeants d'Afrique noire comme Félix Houphouët-Boigny de Côte d'Ivoire ou Kenneth Kaunda de Zambie. Dans le même temps, il apportait une aide militaire et policière au gouvernement blanc de Ian Smith en Rhodésie du Sud.

Vorster modifia également les perspectives politiques des bantoustans, envisagées à long terme par Verwoerd, en proposant l’octroi plus rapide de l’autonomie politique voire de l'indépendance aux différents homelands (En 1976, le Transkei est le premier bantoustan à devenir officiellement indépendant suivi par le Bophuthatswana). Cependant la communauté internationale refusa de reconnaître ces nouveaux états noirs apparus dans ce qui était la République d'Afrique du Sud, unitaire à domination blanche.

Vorster autorisa également la venue de joueurs māori pour jouer dans l'équipe internationale de rugby de Nouvelle-Zélande contre les Springboks sud-africains.

Ces timides exceptions aux lois d'apartheid provoquèrent un schisme au sein du parti quand les plus extrémistes firent scission pour fonder le Hertstigte Nasionale Party (HNP).

La révocation du mandat sud-africain sur le Sud-Ouest Africain (future Namibie) et l'exclusion de l'ambassadeur d'Afrique du Sud par l'assemblée générale des Nations unies en 1974 mirent à mal cette politique de détente. À partir de 1975, le gouvernement de Vorster appuya par ailleurs les mouvements rebelles aux nouveaux gouvernements indépendantistes du Mozambique et d'Angola alors qu'en Rhodésie (future Zimbabwe), il fit pression pour que le régime de Ian Smith accepte de négocier le principe d'un passage du pouvoir à la majorité noire.

En 1976, il entreprit une série de visites en Europe (France, Allemagne) mais son plus grand succès diplomatique fut alors la visite d'État qu'il effectua en Israël afin de relancer la coopération militaire et nucléaire entre les deux pays. Accueilli par Yitzhak Rabin comme un "défenseur des libertés" au nom des valeurs communes aux deux états, Vorster s'inclina devant le mémorial dédié à l'holocauste et le mur des lamentations.

En 1976, son ministre de l'éducation, Andries Treurnicht, tenta d'imposer, aux écoliers noirs, l'enseignement obligatoire en afrikaans déclenchant les émeutes de Soweto suivi de la répression par les forces de sécurité.

En 1977, les Nations unies votèrent l'interdiction de vente d'armes à l'Afrique du Sud.

En 1978, un scandale politico-financier (emploi de fonds secrets par le ministre de l’Information pour financer dans la presse nationale et internationale des articles favorables à la politique gouvernementale) emporta son "dauphin" Connie Mulder.

Compromis dans l'affaire, John Vorster accepta de démissionner de son poste de 1er ministre en octobre pour se faire élire Président de la république (fonction honorifique à cette date) par les députés. Son ministre de la défense, Pieter Botha, lui succéda à la tête du gouvernement.

En juin 1979, rattrapé par le scandale de l'information, il est acculé de nouveau à la démission et, aigri, se retire de la vie politique.

En 1982, il sort de sa réserve pour désapprouver les réformes de Botha et assiste au congrès fondateur du Parti Conservateur (CP) d'Andries Treurnicht à la suite de sa démission du Parti national.
Biographical Information
Balthazar Johannes Vorster
(At a Glance)
: male
Interests: Politique, Art, Culture, Sport
Place of Origin: South Africa
John Vorster est né en Afrique du Sud en 1915 à Jamestown, province du Cap.

Il est mort au Cap en 1983 . (source wikipedia)



More Repertoire

Art, South Africa, Jamaica
South Africa, Government
Government, South Africa
United Kingdom, South Africa, Music
South Africa, Art

Le top des actualités des actualités