myAfrica BETA

Repertoire

User Guidelines | Mon Compte | Get Help

myAfrica is an open resource. Most profiles, such as this one, are editable by logged in users. You may block editing access to a profile of yourself that you create if you wish.

Maciré Sylla
Maciré Sylla

Guinea

Maciré Sylla est née à Conakry en 1970 dans une famille de l’ethnie Soussou. Elle est une chanteuse.


Plus de utilisateur: miba
Creer: 10th Jun 2008
Modifier: 14th Jul 2008
Professional Information
Working primarily in:
Guinea

Description of Work:
En 1989, lors d’un concours organisé à Conakry, Maciré Sylla est remarquée par Bruno Camara, fondateur d’Africa Djolé, le premier groupe de percussions d’Afrique de l’Ouest à s’être fait reconnaître en Europe. Il la sélectionne pour son groupe Fatala, qui, de 1988 à 1992, sera basé aux Pays-Bas, d’où il effectuera de nombreuses tournées dans le monde entier. À son retour en Guinée, Maciré fait la connaissance de Cédric Asséo, un musicien suisse qui deviendra son mari. Ensemble, ils fondent en 1994 l’ensemble Djembé-Faré, dont le nom signifie « la danse du tambour ». Leur premier disque, Mariama, paru en 1997, connut un immense succès dans toute l’Afrique de l’Ouest (200 000 exemplaires vendus en trois mois !). Le résultat est que, l’année suivante, Maciré fut sacrée meilleure chanteuse de Guinée. Le deuxième CD du groupe, Maya Irafama, voit le jour en 2000 et est aussi largement applaudi. Ce nouvel album, Sarefi, « la récompense » confirme une démarche qui est en train de s’imposer sur la scène internationale, tout en confirmant le talent, la volonté et la persévérance des artistes qui l’ont créé. L’association des instruments utilisés (balafon, percussions, flûte, clavier, basse, guitare et batterie) n’est pas en soi nouvelle. Ce qui singularise cette musique, c’est d’une part la langue soussou dans laquelle s’exprime Maciré Sylla, et d’autre part le travail exigeant de composition et d’arrangement qui constitue la griffe de Maciré et de Cédric. Fruit d’une inspiration et d’un travail communs, il affirme bien cette rencontre entre deux personnes, entre deux cultures, à la croisée de diverses traditions.
Biographical Information
Maciré Sylla
(At a Glance)
: female
Interests: Art, Musique, Tradition, Mode
Place of Origin: Guinea
Sa maman, une très jeune artiste, va confier sa fille à la grand-mère, qui vit au village de Tayiré, afin qu’elle assure son éducation. Situé en lisière d’une forêt à la végétation luxuriante, Tayiré est une bourgade de quelques centaines d’habitants, qui surplombe une vaste plaine de rizières périodiquement inondées s’étendant à perte de vue.
En Afrique de l’Ouest, les enfants et les adolescents ont l’habitude de se réunir le soir après les diverses activités de la journée. C’est l’occasion de parler, de rire, de danser, de chanter, mais aussi de partager ses problèmes avec les autres membres de sa classe d’âge (sèrè). L’amour de Maciré pour la musique et la danse se manifeste très tôt dans les jeux, au cours desquels elle a l’occasion de se mesurer aux autres enfants de son village. À l’âge de dix ans, à la demande de sa mère, elle retourne à Conakry pour y poursuivre ses études. C’est à cette époque qu’en compagnie d’une camarade, elle découvre le ballet Soleil d’Afrique. Ce sera une révélation pour la jeune fille qui quittera les bancs d’écoles peu après pour se consacrer à l’apprentissage intensif de la musique et de la danse. D’abord réticente, sa mère ne peut que s’incliner devant la détermination de Maciré, et elle finit par accepter le chemin que s’est choisi sa fille.
Les corps de ballets sont très nombreux à Conakry. Le président Sékou Touré avait mobilisé toute la nation autour d’une idée révolutionnaire : chaque Guinéen se doit d’exercer un art traditionnel tel que la danse, le chant ou la musique. De jeunes talents sont recrutés dans tout le pays et pratiquement contraints d’émigrer dans la capitale, où s’organisent de féroces compétitions entre les différents ballets et orchestres régionaux. Les artistes du ballet national Djoliba, le plus célèbre du pays, sont ainsi logés par le président et répètent dans son palais sous son œil attentif.
La culture guinéenne connaît alors un véritable rayonnement dans toute l’Afrique occidentale. Ce sont des artistes guinéens qui donneront d’ailleurs naissance aux ballets du Sénégal ou de la Côte-d’Ivoire, pour ne citer que ces deux exemples. Chaque pièce est chorégraphiée et mise en scène afin de s’intégrer à un véritable ballet théâtralisé, constitué de divers tableaux, et censé évoquer les différentes traditions des sociétés agraires. Ces tableaux s’articulent autours d’une histoire singulière. Des thèmes comme le Bois sacré, l’Orpheline ou l’Amour déçu deviennent ainsi des classiques de ces spectacles de ballet.
Les jeunes recrues se forment et partagent un idéal de beauté, une immersion à la source de tous les mythes et mystères fondateurs de leur histoire. Maciré Sylla deviendra rapidement l’interprète principale du ballet Soleil d’Afrique. Après les répétitions, elle se rend régulièrement aux sabar, doundoumba et autres événements musicaux ponctuant la vie quotidienne des habitants de Conakry. Chaque jour, elle chante et danse jusque tard dans la nuit, gagnant ainsi de quoi subvenir à ses besoins et à ceux de sa famille.
Lors des sabar organisés dans le cadre des cérémonies de mariage, de nombreux hommages sont rendus aux époux, à leurs familles et à leurs invités de marque. À cette occasion, un orchestre est toujours présent, généralement composé de guitares, de balafons, d’une batterie, et de diverses percussions – le nom de sabar est d’ailleurs à l’origine celui d’un tambour wolof du Sénégal. Le répertoire du sabar est essentiellement constitué d’anciennes chansons faisant référence à l’histoire des familles qui s’allient, de conseils prodigués aux jeunes mariés et à leurs amis, ou encore et surtout d’airs populaires en vogue.
Cette manifestation festive est l’expression urbaine des tendances musicales du moment : un véritable creuset, où se mêlent tradition et modernité, et qui demeure une des principales sources d’inspiration de nombreux chanteurs à l’écoute de leur temps. C’est à cette école que Maciré Sylla a été formée : sa notoriété de chanteuse a débuté dans la rue à Conakry, en dehors des grands orchestres professionnels tels que les Ambassadeurs, les Amazones de Guinée ou le Benbeya Jazz.
Bien qu’elle ne soit pas issue d’une famille de griots, Maciré Sylla est aujourd’hui reconnue par les Guinéens comme une chanteuse populaire et, qui plus est, comme une chanteuse ayant su faire entendre la voix des « artistes » (par opposition à celle des griots). En effet, la musique était longtemps restée l’apanage de musiciens mandingues (malinké en Guinée), et plus particulièrement des griots. Il est très rare qu’un interprète d’origine soussou – dont la culture est historiquement liée à l’empire mandingue, mais pas reconnue en tant que telle par les Malinké – soit reconnu comme artiste, et encore plus sur la scène internationale.

Read comments. Write your own.

Repertoire :  Maciré Sylla

Maciré Sylla est née à Conakry en 1970 dans une famille de l’ethnie Soussou. Elle est une chanteuse.

Contribuez à cet outil communautaire en évaluant ce profil, et surtout n'hésitez pas à être la première personne à le faire. Il vous suffit d'écrire dans l'espace juste en dessous.


More Repertoire

Lesotho, Government, Guinea
Literature, Guinea
Art, Senegal, Guinea
Government, Guinea
France, Guinea, Music