myAfrica BETA

Repertoire

User Guidelines | Mon Compte | Get Help

myAfrica is an open resource. Most profiles, such as this one, are editable by logged in users. You may block editing access to a profile of yourself that you create if you wish.

Laurent Désiré Kabila
Laurent Désiré Kabila

Congo-Kinshasa

Né à Moba le 27 novembre 1939, Laurent Désiré Kabila est originaire du Nord-Katanga, de l'ethnie Luba.Il fut président de la république démocratique du Congo de mai 1997 jusqu’à son assassinat en janvier 2001.


Plus de utilisateur: miba
Creer: 24th Apr 2008
Modifier: 14th Jul 2008
Edit | Report as Abusive |
Professional Information
Professional Areas:
Government
Position:
President de la République
Working primarily in:
Congo-Kinshasa

Description of Work:
Né à Moba dans le nord Katanga, alors Congo belge, Laurent-Désiré Kabila séjourne en France en 1950 puis, en Allemagne de l’Est. Lorsque la Belgique accorde l’indépendance au Congo belge en 1960, Kabila se rallie au Premier ministre du pays, Patrice Lumumba. Après l’arrestation puis l’assassinat de celui-ci (janvier 1961), Kabila prend part à la conquête de Stanleyville (l’actuelle Kisangani) et poursuit la révolution lumumbiste, dans la province orientale du Kivu. D’avril à mai 1965, son maquis accueille Che Guevara qui est déçu par son manque de charisme et son matérialisme. À la fin des années soixante, Kabila se rend à Dar es-Salaam, en Tanzanie, où il rencontre Yoweri Museveni, le futur président ougandais, qui devient son ami et un soutien fidèle. En 1967, Kabila fonde le Parti révolutionnaire du peuple (PRP), qui établit un petit État rebelle, dans les montagnes situées à l’est du lac Tanganyika, financé par le commerce de l’or et de l’ivoire. En 1975, le PRP kidnappe quatre chercheurs et réclame une rançon. Après la chute de son maquis en 1985, Kabila s’établit en Tanzanie et brasse des affaires (or, pêche).
Biographical Information
Laurent Désiré Kabila
(At a Glance)
Interests: Politique, Economie, Culture
Place of Origin: Congo-Kinshasa

En octobre 1996, dans l’est du Zaïre, les membres de la minorité tutsi du Congo, connus sous le nom de Banyamulenge, se rebellent contre les projets d’extension des cultures aux dépens de leurs pâturages. Kabila réalise l’union entre ces rebelles et des opposants au régime du maréchal Mobutu, au pouvoir depuis 1965, et devient le leader de l’Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo-Zaïre (AFDL). Il bénéficie du soutien de l’Ouganda, du Rwanda, de l’Angola, du Burundi et de la Zambie. La confiance que Kabila peut avoir dans le président ougandais Museveni et le dirigeant rwandais Paul Kagame est alors déterminante. Après la capture de Kisangani grâce aux troupes angolaises, la marche de Kabila sur Kinshasa, la capitale, et l’éviction de Mobutu en mai 1997 sont saluées par des explosions de joie. Rejetant le nom de « Zaïre », il renomme le pays République Démocratique du Congo, nom qu’il portait à l’époque de Lumumba, et se proclame président.

Mais la popularité de Kabila s’évanouit rapidement. Les opposants menés par Étienne Tshisekedi, qui a longtemps lutté contre Mobutu, l’accusent de n’être qu’un pantin dirigé par le Rwanda et l’Ouganda. Kabila refuse de nommer Tshisekedi Premier ministre et promet la tenue d’un référendum constitutionnel au plus tard en décembre 1998 et celle d’élections en avril 1999. Il est, de plus, accusé de faire obstruction aux enquêtes diligentées par les Nations unies sur les massacres de près de 200 000 Hutu dont sont soupçonnées les troupes de l’AFDL dominées par les Tutsi. En août 1998, Kabila demande à ses alliés rwandais et ougandais de repartir. Ils refusent et s'allient avec des opposants à Kabila et d'anciens alliés de Mobutu, puis s'emparent de la province du Kivu avec l'aide des Rwandais et des Ougandais, et menacent Kinshasa. Kabila fait alors jouer ses amitiés révolutionnaires auprès des chefs d'États d'Angola, de Namibie et du Zimbabwe, trois pays qui ont des intérêts politiques et économiques dans la région.

En janvier 2001, Kabila est assassiné à Kinshasa dans des circonstances mal élucidées. Au lendemain de ses obsèques, son fils, Joseph Kabila, est investi président de la République par le Parlement provisoire réuni en session extraordinaire.



Other Posts from myAfrica

Central African Republic, Government
Nous signalons la création d'un nouveau parti politique des libertés et des responsabilités, le parti de l'Union Démocratique Centrafricaine à...

More Repertoire

Government, Senegal
Burkina Faso, Government
Tunisia, Government
Nigeria, Government
South Africa, Government