myAfrica BETA

Repertoire

User Guidelines | Mon Compte | Get Help

myAfrica is an open resource. Most profiles, such as this one, are editable by logged in users. You may block editing access to a profile of yourself that you create if you wish.

Azali Assoumani
Azali Assoumani

Comoros

Azali Assoumani né le 1er janvier 1959 à Mitsoudjé, est un homme politique devenu président de la République fédérale islamique des Comores depuis un coup d'État le 30 avril 1999.


Plus de utilisateur: miba
Creer: 24th Apr 2008
Modifier: 14th Jul 2008
Edit | Report as Abusive |
Professional Information
Professional Areas:
Government
Position:
President de la République
Working primarily in:
Comoros

Description of Work:
Vers la fin des années 70, Azali Assoumani obtient un baccalauréat scientifique au lycée Saïd Mohamed Cheikh de Moroni avant de s'orienter vers le métier des armes à l'Académie militaire royale de Mekhnès, au Maroc, d'où il sort avec un brevet de parachutiste. De retour au bercail en 1981, il est, à 22 ans, l'un des plus jeunes officiers de l'armée comorienne dans les rangs de laquelle il exercera plusieurs fonctions de responsabilité. Avant de s'occuper du suivi des affaires militaires auprès du directeur de cabinet du président de la République en charge de la Défense, de 1987 à 1989, Assoumani Azali est successivement chef de section à l'Ecole nationale des forces armées et de la gendarmerie (ENFAG), commandant de la 9è compagnie dans l'île d'Anjouan, puis chargé de la sécurité militaire des Forces armées comoriennes (FAC). Un petit crochet à l'Ecole d'infanterie de Montpellier (France) lui permettra de parfaire sa formation avant d'aller suivre la neuvième session de l'Institut des hautes études de la défense nationale (France), prélude à son entrée, quelques années plus tard, au prestigieux Collège inter-armées des défenses (Ecole de guerre) de Paris.
Biographical Information
Azali Assoumani
(At a Glance)
Interests: Politique, Economie, Culture
Place of Origin: Comoros
En 1990, lorsque le président Abdallah est assassiné par sa propre garde, Azali Assoumani devient commandant provisoire des FAC. En décembre de la même année, cumulativement avec ses fonctions de chef de Bureau Opérations, Instructions, il est nommé commandant en second de la Force comorienne de défense (FCD) née de la fusion entre les FAC et la redoutable Garde présidentielle (GP) du président assassiné sous la férule du mercenaire Bob Denard. Un an plus tard, promu chef de bataillon, il succède à Louis Marano, un assistant militaire français, qui devient son conseiller au commandement de la FCD. C'est à ce poste que le surprendra une rébellion militaire en 1992 lorsque des soldats ont tenté de renverser le régime. La résistance qu'il leur a opposée sera interprétée comme un soutien au régime Djohar, ce qui lui vaudra, une fois Taki élu en 1996, une brève mise à l'écart.

En pleine crise séparatiste, dix mois après l'infructueux débarquement militaire à Anjouan pour rétablir l'ordre, Mohamed Taki fait appel au colonel Azali qui succède, en juin 1998, au colonel Moilim Djoussouf comme chef d'état-major de l'Armée nationale de développement (AND). Ses adversaires lui reprochent d'avoir trouvé refuge à l'ambassade de France en septembre 1995, laissant le lieutenant-colonel Soilihi (Campagnard) seul au front face aux hommes de Bob Denard qui tentait son énième renversement d'un président comorien.

Légitimé par les urnes le 14 avril 2002, après sa prise de pouvoir le 30 avril 1999, le colonel Azali Assoumani, proclamé président de l'Union des Comores le 8 mai dernier, aura entre ses mains les destinées des Comores pour un mandat de quatre ans. Le colonel Azali devient ainsi un président fréquentable pour ses pairs africains qui ne poseront plus de conditions pour l'accueillir dans leurs forums, estiment les observateurs dans la capitale comorienne.

le Président Azali est marié et père de quatre enfants.


Other Posts from myAfrica

Central African Republic, Government
Nous signalons la création d'un nouveau parti politique des libertés et des responsabilités, le parti de l'Union Démocratique Centrafricaine à...

More Repertoire

Mozambique, Government
Madagascar, Government
Government, Gabon
South Africa, Government
Nigeria, Government