myAfrica BETA

Repertoire

User Guidelines | Mon Compte | Get Help

myAfrica is an open resource. Most profiles, such as this one, are editable by logged in users. You may block editing access to a profile of yourself that you create if you wish.

Mamadou Tandja
Mamadou Tandja

Niger

Mamadou Tandja (1938-) est un homme politique nigérien, président du Niger depuis son élection le 24 novembre 1999, réélu en novembre 2004. Tandja Mamadou est un ancien colonel de l'armée nigérienne.


Plus de utilisateur: miba
Creer: 23rd Apr 2008
Modifier: 14th Jul 2008
Edit | Report as Abusive |
Professional Information
Professional Areas:
Occupations
Position:
President de la République
Working primarily in:
Niger

Description of Work:
Militaire à l’ancienne, Mamadou Tandja a mené parallèlement une longue carrière d’administrateur au service des pouvoirs forts qui se sont succédé à la tête du Niger, le plus souvent en dehors de tout processus démocratique.

Né à Maïné Soroa, un gros village sur la frontière avec le Nigeria dans le département de Diffa, à l’extrême sud-est du Niger, Mamadou Tandja s’engage dans l’armée à dix-huit ans. Il fait sa formation militaire (1955-1963) à Kati, près de Bamako au Mali, puis à Madagascar, dans des territoires qui accèdent à l’indépendance, aux côtés de condisciples soucieux de jouer un rôle dans leurs jeunes nations respectives. Il fait ensuite l’école des officiers de Bouaké (Côte-d’Ivoire) pour en sortir sous-lieutenant en 1969 (il atteint le grade de lieutenant-colonel en 1987).

Son entrée dans la politique remonte à 1974 quand il participe au renversement du père de l’indépendance Hamani Diori (au pouvoir depuis 1960) par l’austère colonel Seyni Kountché. L’objectif proclamé des putschistes est la lutte contre la corruption et le laxisme administratif. Comme préfet de Maradi (1976), puis ministre de l’Intérieur de 1979 à 1981 et de nouveau préfet de Tahoua, il participe à la mise au pas militaire de la société civile. Mamadou Tandja se range résolument aux côtés du chef de l’État lorsque ce dernier fait l’objet de plusieurs tentatives de putschs.

Après le décès de Seyni Kountché en 1987, et la nomination par l’armée du colonel Ali Saïbou comme président du Conseil militaire suprême et chef de l’État, Mamadou Tandja est affecté au poste clé d’ambassadeur au Nigeria (juin 1988-mars 1990). Après les émeutes étudiantes de février 1990, Ali Saïbou le rappelle pour lui confier le ministère de l’Intérieur et désamorcer la crise. La violente répression d’une manifestation des Touareg à Tchin Tabaraden (63 morts), en mai 1990, restera une tache dans un parcours politique presque sans faute.



Biographical Information
Mamadou Tandja
(At a Glance)
Interests: Politique, Art, Sport
Place of Origin: Niger
L’année suivante, en 1991, alors que la démocratisation touche plusieurs pays francophones de la région, Mamadou Tandja quitte l’Intérieur pour se consacrer à la politique en présidant le Mouvement national pour la société en développement (MNSD), l’ancien parti unique qui vient de faire peau neuve pour préparer le passage au multipartisme. Il se présente à l’élection présidentielle de 1993. Arrivé en tête au premier tour, il est battu au second par un civil, Mahamane Ousmane, qui a conclu un accord avec les syndicats. Convaincu que le vote est entaché de fraude, il refuse cependant l’aventurisme et exhorte ses partisans à accepter le verdict des urnes. La crise économique et la relance de la rébellion touareg ont raison du nouveau pouvoir qui perd les élections législatives de 1995. L’armée intervient de nouveau dans la politique avec le coup d’État du colonel Baré Maïnassara en 1996. Après l’assassinat de celui-ci en avril 1999 par sa garde personnelle, le chef de la junte Daouda Mallam Wanké fait procéder à des élections démocratiques qui portent Mamadou Tandja au pouvoir en décembre 1999.

Mamadou Tandja est d’origine kanouri, une population des bords du lac Tchad. Cet élément n’est pas sans importance dans un pays où les chefs d’État ont souvent été des Djerma de la vallée du Niger, dans l’ouest du pays. Ce rééquilibrage régional joue en sa faveur pour diriger ce pays aux pôles excentrés : le pouvoir politique et les services sont à Niamey, à l’ouest, tandis que les forces économiques se trouvent dans la région de Zinder à l’est et tout le long de la frontière nigériane, tandis que le nord présente de grandes zones de nomadisme (avec les Peul et les Touareg). Mamadou Tandja s’emploie à redresser l’économie et à restaurer la confiance de la société civile en mettant de l’ordre dans l’armée (une tentative de putsch est déjouée en 2002). Lors de l’élection présidentielle de 2004, il arrive en tête au premier tour avec 40,67 p. 100 des suffrages contre 24,67 p. 100 pour Mahamadou Issoufou, du Parti nigérien pour la démocratie et le socialisme (PNDS). Il est réélu au second tour (décembre 2004) avec 65,50 p. 100 des suffrages, après avoir réussi à rallier les candidats éliminés au premier tour. L’instauration d’une TVA sur les produits de première nécessité au lendemain de sa réélection fragilise sa position. En 2005, sa gestion de la grave crise alimentaire causée par une invasion de criquets pèlerins entraîne de vives critiques de la part des organisations d’aide internationale.


Other Posts from myAfrica

Central African Republic, Government
Nous signalons la création d'un nouveau parti politique des libertés et des responsabilités, le parti de l'Union Démocratique Centrafricaine à...

More Repertoire

WorldBank, Senegal
South Africa, Art
Government, Cote d'Ivoire
Art, Senegal