myAfrica BETA

User Guidelines | Mon Compte | Get Help
Abdelaziz El Idrissi Bouderbala
Abdelaziz El Idrissi Bouderbala

Morocco

Abdelaziz El Idrissi Bouderbala, plus connu sous le nom Aziz Bouderbala, est un ex-footballeur marocain né le 26 décembre 1960 à Casablanca au Maroc.


Plus de utilisateur: miba
Creer: 22nd Apr 2008
Modifier: 14th Jul 2008
Professional Information
Professional Areas:
Sport
Working primarily in:
Morocco

Description of Work:
Dans la Medina, le jeune Aziz met la misère à ses potes. Très vite il est repéré par le superviseur d'un des clubs phare de la ville : le WAC. Arrivé à l'âge de 15 ans chez les rouges, il va rapidement s'imposer en équipe première et rafler tous les trophées du pays. Athlétique, véloce et fin dribbleur, il avait le don de prendre de vitesse ses adversaires et les semer par ses capacités de dribbleur patenté. Ainsi, en 1978, le WAC fait le doublé Coupe du Trône et Championnat. Aziz avait le talent de multiplier les accélérations au cours de ses démarrages de telle sorte que ses vis-à-vis n'arrivaient jamais à soutenir son rythme et le recours à la faute était souvent nécessaire pour l'arrêter. Devenu la coqueluche du public sur toutes les pelouses du Royaume, il allait devenir la star du Onze national. Ses prouesses et ses exploits en équipe nationale allaient lui ouvrir les portes du professionnalisme et du succès à l'échelle continentale et internationale. Il deviendra la vedette de tous les Marocains. Mais en 1983, en froid avec le sélectionneur, il quitte la sélection marocaine.
Biographical Information
Abdelaziz El Idrissi Bouderbala
(At a Glance)
Interests: Sport, Culture, Music
Place of Origin: Morocco

Ainsi, en 1984, il part à la conquête de l'Europe et atterrit en Suisse au FC Sion. En Helvétie, il gagnera la Coupe de Suisse en 1986 et ainsi découvrir le plus haut niveau européen en Coupe des Coupes. Fort de ce succès il retrouve la sélection pour le mondial 1986 au Mexique. Le Maroc se retrouve dans la poule de l'Angleterre, la Pologne et le Portugal et on ne donne pas cher de leur peau. Les lions de l'Atlas comptent notamment dans leurs rang Mustapha El Haddaoui, Merry Krimau, le compère d'Aziz en attaque. A la surprise générale, à la faveur d'une victoire sur le Portugal 3-1 les Lions de l'Atlas passent le premier tour et deviennent le premier pays africain à réussir un tel exploit ! Aziz Bouderbala est élu "footballeur africain de l'année". Il restera encore deux saisons en Suisse avant de découvrir la France où il finira sa carrière.

C'est en demi-finaliste de la CAN 1988 qu'il débarque donc dans la fameuse équipe du Matra-Racing où il va vivre la déliquescence d'une équipe aussi fabuleuse sur le papier que médiocre sur le terrain. Les stars s'accumulent en effet, mais le recrutement n'est pas cohérent et les joueurs se révèlent non complémentaires. Flanqué de Pierre Littbarski et de David Ginola, soutenu par Enzo Francescoli la première année, l'équipe termine pourtant à la 17ème place. La saison suivante est encore pire. Si Aziz plante 14 buts, le Matra finit avant dernier du championnat et, comme souvent, la Coupe est la bouée de sauvetage d'une équipe. L'équipe échoue en finale face au Montpellier HSC. A la relégation sportive s'ajoute une rétrogradation administrative pour cause de déficit américain. C'est la fin d'une aventure et Aziz, qui a déjà 30 ans, part à l'OL.

Entre Saône et Rhône, Aziz cohabite sur le front de l'attaque avec Roberto Cabanas. La première saison le voit terminer 5ème du championnat et ainsi, Aziz redécouvre l'europe à 30 ans. Malheureusement Aziz est de plus en plus fragile. Il termine meilleur buteur lyonnais avec 6 réalisations mais le physique ne suit plus... En 1992, le Lion de l'Atlas n'a plus de dents et sa crinière est de plus en plus clairsemée.. rideau.

Bouderbala est rentré en Suisse auprès de sa famille pour passer ses diplômes. Après avoir obtenu les diplômes nécessaires au niveau pro il a poursuivi pour avoir un diplôme UEFA. En 2001, il est approché par plusieurs clubs de l'élite marocaine pour entraîner mais ne se sent pas encore prêt « J'estime que le métier d'entraîneur est très important pour être pris à la légère et confié à quiconque. Je ne pense pas qu'une carrière de footballeur, aussi riche soit-elle, soit le seul critère pour réussir dans ce métier. Ce qui se passe au Maroc, à ce niveau, est vraiment désolant. On a souvent tendance à confier à d'anciens joueurs, sans formation ni bagages, l'encadrement et l'entraînement des jeunes. Et c'est, à mon avis, l'un des handicaps majeurs du football marocain. Un jeune a besoin d'un encadrant bien formé pour qu'il puisse évoluer. Arrivé à l'âge de maturité, il peut s'en sortir tout seul. »

En 2005, il devient l'entraîneur-adjoint du sélectionneur du Maroc afin de préparer la Coupe du monde 2006. Mais les Lions de l'Atlas manquent le Weltmainstershaft. L'équipe marocaine est rongée par les problèmes internes, quoi qu'en dise Aziz « Cessons de créer de faux problèmes ! Il s’agit de l’équipe nationale. Elle appartient à tous les Marocains. Les joueurs sont très motivés et ils sont très impatients de se retrouver dans ce stade de Rhadès et d’affronter cet adversaire, la Tunisie, qui leur a volé pour eux cette Coupe d’Afrique. Ils attendent avec impatience ce match pour pouvoir prendre la revanche et aussi se libérer de cette pression. Je voudrais dire au public marocain qu’il ne faut pas se faire énormément de soucis. ».

Après l'échec Marrocain, Aziz rebondit dans on club de coeur. Depuis Août 2006, il est Directeur sportif du WAC Casablanca...(source afterfoot.com)




More Repertoire

Soccer, Botswana
Botswana, Soccer
Turkey, Soccer, Morocco
Cote d'Ivoire, Soccer, United Kingdom
Soccer, Morocco

Le top des actualités des actualités