myAfrica BETA

Repertoire

User Guidelines | Mon Compte | Get Help

myAfrica is an open resource. Most profiles, such as this one, are editable by logged in users. You may block editing access to a profile of yourself that you create if you wish.

Henry Lopes
Henry Lopes

France

Henry est un congolais né à l'époque où les pays d'Afrique n'étaient pas encore indépendants le 12 Septembre 1937 dans ce qu'on appelait à l'époque le Congo belge, à Léopoldville,aujourd'hui Kinshasa


Plus de utilisateur: miba
Creer: 3rd Apr 2008
Modifier: 14th Jul 2008
Edit | Report as Abusive |
Professional Information
Professional Areas:
Government
Position:
Ambassadeur
Working primarily in:
France

Description of Work:
Actuellement ambassadeur du Congo en France, Henri Lopes a mené une grande carrière d’homme politique et d’écrivain. Les écrits de ce membre du Haut Conseil de la Francophonie sont des réflexions sur la quête d’identité et les maux qui rongent son continent, l’Afrique.
Biographical Information
Henry Lopes
(At a Glance)
Interests: Politique, Education, Culture
Place of Origin: Congo-Kinshasa
« Le français est une langue africaine ». Ayant fait ce constat, quoi de plus naturel pour le métis Henri Lopes, né au Congo Belge en 1937, que d’écrire dans cette langue ? Ses parents vivent au Congo Brazzaville, colonisé par la France. C’est donc en français qu’Henri effectue toute sa scolarité. Entre Brazzaville et Bangui en Centrafrique, il apprend dès son plus jeune âge à manier les us et coutumes de la langue de Molière.
A peine âgé de 12 ans, changement de décor et d’horizons. Henri part effectuer ses études secondaires à Nantes, en France. L’enfant se cherche, se questionne : est-il condamné à être « blanc-manioc » au Congo, et « bicot » en France ? Il évoquera cette quête d’identité des décennies plus tard dans Le chercheur d’Afriques.
Une fois le lycée terminé, Henri Lopes va étudier l’Histoire à Paris, à la Sorbonne. En 1957, à une époque où les étudiants africains étaient encore très peu nombreux dans les grandes universités parisiennes, il devient membre du comité exécutif de la Fédération des Etudiants d’Afrique noire en France (Feanf) ainsi que président de l’Association des étudiants congolais. Il obtient son diplôme d’Histoire et enseigne pendant plusieurs années en région parisienne.
En 1965, Henri Lopes décide de rentrer, non pas dans son Congo natal mais au Congo Brazzaville, le pays de son enfance. Pendant son absence, après de longs et sanglants affrontements, le pays s’est libéré de l’autorité française et a proclamé son indépendance en juillet 1960. De retour dans ce pays qui redécouvre enfin l’autonomie, Henri Lopes devient professeur d’histoire à l’Ecole Normale Supérieure d’Afrique Centrale à Brazzaville, puis obtient rapidement le poste de directeur général de l’enseignement du Congo. L’enseignant intègre le milieu politique ; son expérience et son savoir le font accéder au poste de ministre de l’Education nationale en 1969 dans le gouvernement du président Marien Ngouabi. Le pays reste politiquement instable, les coups d’Etat se multiplient. En 1973, Henri Lopes est nommé Premier ministre, il restera à ce poste pendant deux ans.
Son passage en politique ne l’éloigne que temporairement de son amour pour la littérature. Henri le dit lui-même, il est « un homme à double vie, l’une politique, l’autre littéraire ». En 1971, il écrit Tribaliques, un recueil de portraits d’individus et de la Société. Henri s’adresse aux Africains, aux Congolais particulièrement, mais son livre recueille un écho beaucoup plus large, à la fois en Afrique et en Occident.
L’écrivain reconnaît avoir pour prédécesseurs Senghor, Césaire et Damas, mais déclare vouloir désormais se placer au-delà de la Négritude, ce regroupement des valeurs culturelles du monde noir, puisque leurs pays ont désormais acquis leur souveraineté. « Nous y maintenir pourrait, sur le plan politique, induire des idéologies exclusivistes, une manière de racisme à rebours (...) Il ne s’agit pas pour nous d’effacer son souvenir mais de dépasser son inspiration. »
Henri Lopes aime la langue française et le fait savoir. Il se dit francophone et se reconnait « le droit de plier le français en fonction de mes besoins culturels propres ». Dans Le Pleurer-rire, publié en 1982, Lopes évoque le parcours d’un homme qui, parvenu à la Présidence de la République par un coup d’Etat, exerce un pouvoir illimité. Il utilise l’humour et l’ironie pour mêler la fiction à une réalité amère et douloureuse.
Tout en évoquant les maux de l’Afrique, l’oeuvre d’Henri Lopes retrace sa quête d’identité, ses réflexions sur les dialogues des cultures. L’écrivain semble avoir retrouvé une certaine sérénité qui s’exprime dans Ma grand-mère Bantoue et mes ancêtres les Gaulois, publié en 2003. Devenu ambassadeur du Congo en France, après avoir tenu pendant plus de 20 ans de hautes fonctions à l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco), l’enfant d’ébène et d’ivoire accepte son métissage, il ne cherche plus son identité, il les a trouvées : il en possède des milliers.( source rfo.fr)


Other Posts from myAfrica

Central African Republic, Government
Nous signalons la création d'un nouveau parti politique des libertés et des responsabilités, le parti de l'Union Démocratique Centrafricaine à...

More Repertoire

Cape Verde, Government
Government, Senegal
Central African Republic, Government
France, Cote d'Ivoire