myAfrica BETA

Repertoire

User Guidelines | Mon Compte | Get Help

myAfrica is an open resource. Most profiles, such as this one, are editable by logged in users. You may block editing access to a profile of yourself that you create if you wish.

Abdoulaye Sadji
Abdoulaye Sadji

Senegal

Abdoulaye Sadji est un écrivain sénégalais né à Rufisque en 1910 et mort à Rufisque le 25 décembre 1961.


Plus de utilisateur: miba
Creer: 2nd Apr 2008
Modifier: 14th Jul 2008
Edit | Report as Abusive |
Professional Information
Professional Areas:
Art
Working primarily in:
Senegal

Description of Work:

Son père, Demba Sadj, marabout et convertisseur, est d'origine sérère et sa mère Oumy Diouf est issue d'une famille musulmane léboue ancrée dans la tradition animiste.
Après des études dans une école coranique, il entame ses études primaires à l'âge de onze ans, puis fréquente le Lycée Faidherbe avant d'intégrer l'Ecole Normale William Ponty. Il devient l'un des premiers instituteurs africains en 1929 et exerce en Casamance, à Thiès, Louga, Dakar et Rufisque, où il occupe ensuite le poste de directeur d'école et d'inspecteur Primaire de 1959 à sa mort, en 1961. Sadji est également le deuxième sénégalais (après Ousmane Socé Diop) à obtenir le baccalauréat en 1932, défiant ainsi les autorités coloniales.


Biographical Information
Abdoulaye Sadji
(At a Glance)
Interests: Art, Politique
Location:
  City: Rufisque
Place of Origin: Senegal

Sadji est également engagé dans le combat pour l'indépendance de son pays et peut à ce titre être classé parmi les pionniers de la Négritude. En effet, loin de la "Négritude du Quartier Latin", il pratique la "Négritude intérieure", et c'est à ce titre que Léopld Sédar Senghor dit de lui: “(...) Abdoulaye Sadji appartient, comme Birago Diop, au groupe des jeunes gens, qui, dans les années 1930, lança le mouvement de la Négritude. Abdoulaye Sadji n'a pas beaucoup théorisé sur la Négritude: il a fait mieux, il a agi par l'écriture. Il fut l'un des premiers jeunes Sénégalais, entre les deux guerres mondiales, à combattre la thèse de l'assimilation et la fausse élite des 'évolués'. Il a, pour cela, multiplié, au-delà des discussions, articles et conférences” .
Son œuvre compte entre autres des articles dans Présence Africaine ainsi que dans des revues telles que Paris-Dakar. Il est également l'auteur d'essais et de contes qui témoignent de son attachement et de son intérêt pour la culture africaine. Il s'agit d'œuvres telles que Tounka (1952), Modou Fatim (1960) ou encore Leuk-Le-Lièvre (1953), en collaboration avec Léopold Sédar Senghor (qui en assure la partie grammaticale).
Ses œuvres les plus connues restent Maïmouna (1953), et Nini la mulâtresse du Sénégal (1954). Ces deux romans relatent le parcours de jeunes femmes africaines qui, à l'image d'un continent en transition,connaissent espoir, doutes et désillusions.
Si ces deux dernières œuvres analysent sans complaisance la société africaine, Sadji n'en fut pas moins un ardent défenseur de son pays et sa culture (notamment par la création de la première station radio en langue nationale). Cette culture, il la veut ouverte sur les autres civilisations. En témoignent son amour (inédit à l'époque) pour la culture germanique ainsi que le syncrétisme religieux qu'il a défendu et vécu, au grand dam de l'élite religieuse sénégalaise de l'époque.
Tout ceci fait de Sadji un adepte de l'intellection vécue plutôt que feinte et un homme de lettres atypique, souvent en contradiction avec l'idéologie de l'époque.( source de wikipédia)





More Repertoire

Art, Cote d'Ivoire
Media, Senegal
Senegal
Senegal